VOYANCE EN FRANCE DEPUIS 1991

Pas de plateforme de voyants,Valérie consulte personnellement,la garantie d'une voyance de qualité à taille humaine

Citations à méditer


         

 

 

                     

 

           

 

 

           VOYANTE PAR TELEPHONE    

 

                             07.64.08.19.95 (non surtaxé)


                    VOYANCE IMMÉDIATE SANS RDV


                    DON ANCESTRAL


 


 

Jolies petites citations que je vous fais partager

 

 

 

 

La jarre brisée

 

Un porteur d’eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux deux extrémités d’une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules. L’une des jarres avait un éclat, alors que l’autre conservait parfaitement toute son eau de source jusqu’à la maison du maître, l’autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route...

 


Cela dura deux ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d’eau ne livrait qu’une jarre et demi d’eau à chacun de ses voyages. Bien sûr, la jarre parfaite était fière d’elle, puisqu’elle parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille. Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée parce qu’elle ne parvenait à accomplir que la moitié de ce dont elle était censée être capable...

 

Au bout de deux ans de ce qu’elle considérait comme un échec permanent, la jarre endommagée s’adressa au porteur d’eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source.

- "Je me sens coupable, et je te prie de m’excuser."

- "Pourquoi ?" demanda le porteur d’eau. "De quoi as-tu honte ?"

- "Je n’ai réussi qu’à porter la moitié de ma cargaison d’eau à notre maître, pendant ces deux ans, à cause de cet éclat qui fait fuir l’eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et, à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l’eau. Tu n’obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts", lui dit la jarre abîmée...

 

Le porteur d’eau fut touché par cette confession, et plein de compassion répondit : - "Pendant que nous retournons à la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs magnifiques qu’il y a au bord du chemin"...


Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit du baume au coeur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce qu’elle avait encore perdu la moitié de son eau...

 

Le porteur d’eau dit à la jarre.

- "T’es-tu rendu compte qu’il n’y avait de belles fleurs que de TON côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite ?

C’est parce que j’ai toujours su que tu perdais de l’eau, et j’en ai tiré parti. J’ai planté des semences de fleurs de ton côté du chemin, et, chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin. Pendant deux ans, j’ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, jamais je n’aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses..."

 

 

 

 

Le père, l'enfant et l'âne

 

Un jour, un enfant pose une question à son père :

- Dis papa, quel est le secret pour être heureux ?

Ne sachant que répondre à cette interrogation, le père propose à son fils de le suivre. Ils sortent de la maison, le père sur le vieil âne et le fils suivant à pied. Les gens du village accusent :

 

- Son père est un père indigne ! Il monte son âne quand son fils le suit à pied !

- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

Le lendemain ils sortent de nouveau, mais cette fois le père installe son fils sur l'âne et l'accompagne en tenant la bride...

 

Les voisins disent alors :

- En voilà un fils indigne : il ne respecte pas encore son vieux père et le laisse aller à pied !

- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

Le jour suivant ils s'installent tous les deux sur l'âne puis quittent la maison. Les villageois critiquent à nouveau le père et le fils :


- Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi !

- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires, l'âne trottinant derrière eux. Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire...


- Voilà qu'ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C'est le monde à l'envers !

- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Arrivés à la maison, le père dit à son fils :

- Tu me demandais l'autre jour le secret du bonheur. Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu'un pour y trouver à redire...

 

Fais ce qui tu aimes et tu seras heureux !

    A MEDITER !!

 

 

 

Les trois passoires de Socrate

 

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la

sagesse.

Quelqu'un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit  "Sais-tu ce que je viens d'apprendre sur ton ami? 

- Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j'aimerais

te faire passer un test, celui des 3 passoires : 

- Les 3 passoires?

Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l'on aimerait dire. C'est ce que j'appelle le test des 3 passoires... 


La première passoire est celle de la vérité. 

As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai? 

- Non, j'en ai simplement entendu parler... 

- Très bien, tu ne sais donc pas si c'est la vérité.

Essayons de Filtrer autrement en utilisant une  deuxième passoire, celle de la bonté.

Ce que tu veux m'apprendre sur mon ami, est-ce quelque

chose de bon ?

- Ah non ! Au contraire... 


- Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n'es même pas certain si elles sont vraies.Tu peux peut-être encore passer le test,

car il reste une passoire, celle de l'utilité.

 - Est-il utile que tu m'apprennes ce que mon ami aurait fait ? - Non, pas vraiment.

Alors, conclut Socrate...

 

Si ce que tu as à me raconter n'est ni vrai, ni

bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?"  


                           ;)

 

PAGE D'ACCUEIL

Valérie tchat